Les chevaux sont-ils intelligents ?

J'ai longtemps pensé que les chevaux étaient « bêtes ». Oui, bêtes ! Dans le sens « idiots », « pas intelligents ». Et que leur comportement était guidé par leur seul instinct. A un événement donné, une réponse donnée.

Cette vision est particulièrement réductrice et la réalité est infiniment plus complexe. Pour ceux que cela intéresse, je vous recommande de vous documenter sur l'éthologie (la vraie). En particulier, vous pouvez consulter en ligne certains articles de Jean-Claude Barrey, éthologue Français de renom (Station de Recherche Pluridisciplinaire des Metz).

Mais revennons à l'intelligence de nos chevaux ...

L'intelligence émotionnelle ...

Les chevaux n'ont peut-être pas l'intelligence « rationnelle » ou « logique » comme la nôtre. Ils en ont une autre : l'intelligence des émotions.

Petit à petit, à force d'expérience, de découverte, d'erreurs, de déconvenues, de remises en question, j'en suis venu à changer mon point de vue. Une chose est pour moi maintenant claire : les chevaux, tout comme nous, ont accès au monde des émotions. Ils sont capables de sentir instantanément quelle émotion nous éprouvons, alors que souvent, nous ne sommes mêmes pas conscient de celle-ci, coupé de notre corps et de nos sensations que nous sommes.

Françoise, Piccolo et Veleiro

Le cheval "instrument"

Dans notre civilisation basée sur les objectifs, les performances, la rentabilité ... bref, sur le « faire », nos interactions avec les chevaux se limitent bien souvent à leur imposer notre volonté, de manière plus ou moins ... douce. Nous prenons la position du dominant et nous attendons que le cheval, comme un vélo ou une moto, réponde exactement à nos injonctions. Dans ces interactions, le cheval devient un instrument, un objet. L'objet de notre volonté. Et nous devenons nous-mêmes l'objet de notre volonté. Notre corps devient, lui aussi, un instrument.

Mais cette approche a ses limites. Dans le meilleur des cas, elle satisfait notre égo. Dans le pire des cas, elle devient dangereuse. Souvent, elle est source de frustrations, de douleurs, d'incompréhensions.

L'équitation émotionnelle ?

Nous pouvons approcher le cheval autrement. En acceptant de le rencontrer dans un monde qu'il connaît bien : le monde des ressentis et des émotions. Ce faisant, nous nous rendons compte que ce monde est aussi le nôtre!

En nous ouvrant au cheval, nous nous ouvrons à nous-mêmes.

Bien sûr ce chemin n'est pas facile. Nous sommes conditionnés à cacher nos émotions. Tellement conditionnés que nous ne savons même plus reconnaître les nôtres, celles des autres, celles du cheval ... nous devons souvent réapprendre à sentir.

Mais ce chemin en vaut la peine. Nous pouvons, petit à petit, communiquer avec le cheval. Entrer en relation avec lui. Nous reconnecter à notre corps, à nos ressentis et nos émotions.

Et tout devient, petit à petit, plus facile. Connectés à nos sensations, à nos émotions, à celle du cheval, nous devenons cohérent à ses yeux. Et puisque nous sommes désormais dans le même monde, il accepte de dialoguer avec nous, peut-être même ... de « donner une suite favorable » aux demandes que nous lui faisons !